Valentino Rossi a refusé de rejoindre Suzuki en quittant Ducati

Davide Brivio raconte comment il a fait part à Suzuki du refus de Valentino Rossi de rejoindre l’équipe, avant d’être lui-même recruté pour ce nouveau programme.

En dévoilant les coulisses de son recrutement par Suzuki, il y a huit ans, Davide Brivio a révélé que Valentino Rossi avait lui-même été courtisé par le constructeur japonais mais avait à l’époque rapidement refusé la proposition. Le pilote italien en terminait de deux ans de calvaire chez Ducati lorsque Shinichi Sahara, chef de projet en charge de relancer le programme Suzuki en MotoGP, a pris contact pour s’enquérir de son éventuel intérêt à rejoindre l’aventure.

« J’avais quitté Yamaha et je travaillais pour Valentino Rossi sur ses affaires personnelles, ses contrats, etc », raconte Davide Brivio dans une interview accordée au site officiel du MotoGP. « J’ai été contacté par Sahara via Facebook. C’est quelque chose de très étrange, car je n’utilise pas Facebook. J’ai un profil, mais je ne l’utilise pas, aujourd’hui encore je ne sais pas faire. Mais, étrangement, je l’ai ouvert, il y avait des notifications et j’ai remarqué le nom de Sahara. »

« Je suis donc allé regarder et il me demandait ce que faisait Valentino Rossi, quelles étaient ses intentions pour l’avenir. Il me disait qu’ils voulaient revenir en MotoGP en 2014 et me demandait si Valentino aurait été disposé à courir pour Suzuki », poursuit l’Italien. « J’en ai donc parlé avec Valentino et il m’a dit que non, que Suzuki ça n’était pas très intéressant. Et puis Valentino voulait retourner chez Yamaha, moi je le lui avais dit pour information. Alors j’ai poliment répondu à Sahara que Valentino n’était pas intéressé. »

En grande difficulté durant deux ans avec Ducati, le septuple Champion du monde MotoGP avait vu sa courbe de résultats s’effondrer, ne parvenant à décrocher que trois podiums, sans aucune victoire, et manquant le top 5 du championnat pour la première fois en 14 ans. Obnubilé par l’idée de faire son retour dans l’équipe qu’il avait quittée au sommet, il avait réussi à retrouver sa place pour ouvrir un second chapitre de huit nouvelles années au sein de l’équipe officielle d’Iwata.

Alors qu’il s’apprêtait à la quitter en novembre dernier, pour rejoindre cette saison le team satellite Petronas, le #46 saluait la confiance que lui avait alors renouvelée Lin Jarvis« Ce dont je me souviens le mieux, c’est de quand j’ai parlé avec Lin Jarvis et qu’il m’a dit qu’il allait me donner une autre possibilité de revenir dans l’équipe officielle fin 2012. Je lui en serai toujours reconnaissant, ainsi qu’à Yamaha dans son ensemble, parce qu’à ce moment-là j’étais désespéré et si je n’étais pas retourné dans l’équipe officielle, j’aurais même probablement arrêté de courir », expliquait-il.

Tandis que Valentino Rossi déclinait donc l’option Suzuki en vue de la saison 2013, son bras droit était à son tour courtisé. « On a commencé à discuter », raconte en effet Davide Brivio au sujet de son échange avec Shinichi Sahara, « et il m’a demandé : ‘Si on devait faire un team en Italie, serais-tu intéressé ?’ Et alors j’ai dit que oui, ça pourrait m’intéresser. J’ai commencé avec eux officiellement le 1er avril 2013. »

À la tête de la nouvelle équipe MotoGP de Suzuki, Davide Brivio a dirigé le retour du constructeur en Grand Prix après son départ fin 2011, causé à l’époque par des difficultés financières, un retour initialement prévu pour 2014 mais finalement repoussé d’un an. Instigateur du recrutement des jeunes pilotes que Suzuki a portés au sommet, le responsable italien a vu l’équipe être récompensée par cinq victoires durant cette période, et surtout un premier titre conquis en 20 ans. Le sacre de Joan Mir acté, il a choisi d’accepter la proposition d’Alpine pour rejoindre l’équipe en F1 en tant que directeur sportif.

fr.motorsport.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur YouTube