Promotion de l’électrique : Sommes-nous prêt?

l’État Malgache envisage d’exonérer de droits et taxes l’importation de voitures et de motos électriques neuves, ainsi que de voitures et de motos hybrides neuves à partir de 2023. Une facilitation d’entrée aux véhicules électriques, notamment deux roues et une voie vers la transition énergétique selon les dirigeants Malgache.

La décision est noble, mais est ce que Madagascar est prêt ? À travers ces quelques interviews, nous allons voir si la facilitation d’accès aux véhicules électriques est une alternative efficace à Madagascar.

En générale, une moto électrique a une autonomie de 400 kilomètres tout au plus. Le temps de charge complète se situe entre 8 et 12h. De plus, il faut des infrastructures spéciales pour accueillir ces engins. On parle notamment de la mise en place de station de recharge au niveau des stations services qui nécessite d’une tension électrique stable et puissante. Des conditions que le contexte Malgache ne remplit pas.

D’après un livreur à moto qui travail à Antananarivo, « l’utilisation d’une moto électrique peut être une bonne alternative, mais difficile vu les conditions de la ville. La batterie se décharge plus rapidement dans les embouteillages et si on veut recharger, on tombe une fois sur deux sur une panne de courant. En plus, les motos électriques disponibles à Madagascar ne sont pas faites pour le métier de livraison. Ce sont des petits scooters ou trottinettes faits pour les ballades du dimanche. » Un avis qu’il partage avec des conducteurs de taxi moto.

Un motard fana de voyage affirme « il est vrai qu’avec une moto électrique on ne pense plus au carburant. Personnellement, ma pratique de la moto ce sont les longs voyages de plusieurs milliers de kilomètres comme Antananarivo-Diego ou Antananarivo Tuléar. Parfois même je fais Tuléar-Diego. Si je devais choisir une moto électrique, où est ce que je la rechargerais ? En plus, les motos disponibles sur le marché ne permettent pas de faire ce que je fais avec une moto. ».

Il faut noter que l’autonomie annoncée sur une moto électrique représente la distance qu’elle peut parcourir avec un plein d’énergie sur une ligne droite. Or, les routes à Madagascar sont sinueuses, détruites et pleines de dénivelé. Une moto annoncée à 400 kilomètres d’autonomie ne pourra faire que 300 au maximum dans les conditions Malgache.

Pour une transition énergétique efficace, l’idéale serait d’abord de privilégier les centrales à énergie renouvelable avant d’importer en masse des véhicules consommateurs d’énergie dans un pays sans énergie stable. La conversion à l’électrique est une réalité inévitable, mais Madagascar n’est pas encore prête. Rappelons que les autorités Malgaches importent toujours des scooters 2T en masse, alors que ce sont les engins les plus pollueurs du marché.

T. Berado

Laisser un commentaire